La couverture aux hérissons

4 ans… Il m’aura fallu 4 ans pour terminer cette couverture !

La genèse

Lors de la réalisation de mon plaid arménien (qui n’a rien d’arménien), j’avais déjà en tête le modèle Hazel Hedghog de Elizabeth Hartmann. J’ai commencé les premiers carrés en février 2015. Et puis, ça a trainé. De temps en temps, je mettais un coup d’accélérateur. Et puis il retournait à son état d’éternel en-cours. En février 2016, tous les carrés étaient assemblés et il n’y avait plus qu’à quilter. Quelques mois plus tard, j’avais tout assemblé en sandwich (les hérissons, le dos et le molleton). Et puis,… c’est devenu le squat des chats, et puis je l’ai rangée dans un carton pour ne pas qu’elle ne soit trop enpoilée. Et puis elle a attendu… attendu… attendu…

Début janvier, je me suis dit que ce carton qui trainait me privait d’un précieux espace de rangement pour les babioles de ma boutique et je me suis décidée à enfin terminer cette couverture ! Le quilting a pris quelques semaines de plus et je l’ai finalement terminé fin janvier 2019.

Tu la vois la méga danse de la joie ?

Le bazar à côté du lit c’est cadeau!

Bon, elle est juste trop petite pour la largeur du lit.

Et les hérissons sont dans le mauvais sens.

Mais je m’en fiche !!! Je l’adore, elle est doudou juste comme il faut !

Description

« Hazel is a friendly patchwork hedgehog just waiting to be a part of your next quilt! This pattern uses conventional patchwork techniques (no paper piecing or templates) and can be made using precut 1½ » strips, precut 10″ squares, or an assortment of fabric scraps. »

Photo de Elizabeth Hartman

Vous devinez pourquoi j’ai flashé sur ce modèle… Le patron comporte les instructions pour faire un bloc (mais qu’on peut facilement agrandir ou réduire. Vous pouvez retrouver ma méthode dans l’article du coussin d’anniversaire que j’ai cousu il y a 4 ans). Il propose aussi 2 options : soit de réaliser les fonds et les visages de tous les hérissons dans les mêmes couleurs et de ne changer que pour les épines, ou de réaliser chaque hérisson dans un dégradé de couleurs. Il y a aussi l’option hérisson à lunettes !

Photo de Elizabeth Hartman

J’ai choisi de faire des hérissons aux visages beiges en jouant avec des nuances de verts pour les aiguilles (les hérissons verts font partie de la private joke qui m’a amenée à focaliser sur ces animaux attachants).

Une autre version du patron est disponible pour faire de plus gros blocs, mais aussi pour faire une couverture avec tous ses copains de la forêt.

Matériel

La plupart de mes fournitures vient de chez tissus.net. Il s’agit de popeline de coton, sauf pour les hérissons à piques vertes unies (des chutes de rideaux achetées sur 2ème main pour une bouchée de pain). J’ai utilisé de la popeline verte unie pour le dos. Le molleton vient aussi de chez tissu.net et est plus épais et moelleux que pour ma couverture d’arménien.

Le biais qui fait le tour vient de chez mercerie-extra (un biais bien large qui permet de rattraper mes « quelques » petites irrégularités.

J’ai assemblé les blocs au fil à surjeteuse (que j’utilise pour la plupart des coutures qui ne sont pas destinées à se voir… à 7.95€ le cône de 2500m, c’est vachement plus économique que les petites bobines !) mais pour quilter, j’ai préféré utiliser du fil gütermann beige pour le recto et vert pour le verso (en prenant du +/- ton sur ton, j’ai limité de marquer les imperfections du matelassage). 2 bobines de chaque couleur auront été nécessaires.

Si je devais me relancer dans une couverture (je crois que ce ne sera pas pour tout de suite), je pense que j’achèterai le fil au début du projet : quand ma bobine de vert s’est vidée, il n’y avait plus l’étiquette avec le code de la couleur… J’ai donc récupéré 10 cm de fil pour me rendre chez Véritas. Bonjour la galère pour retrouver exactement le même !

J’ai aussi pris des aiguilles à jeans pour quilter. Mes aiguilles standard se cassaient en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire !

Réalisation

Comme j’ai eu la bonne idée de faire preuve de précision pour la découpe des pièces, la réalisation de chaque carré n’est vraiment pas très compliquée ! C’est assez rigolo de voir le hérisson prendre forme ! Le plus long à coudre a été les épines de différentes hauteurs. Je dois avouer que même en étant attentive aux marges de coutures, mes blocs n’avaient pas tous exactement la même taille.

Je voulais faire une couverture de 25 blocs, mais finalement, je me suis arrêtée à 22 et j’ai inséré  5 blocs unis (ça permet aussi d’aérer le résultat final).

Une fois tous les blocs assemblés, mon rectangle n’était pas très orthodoxe, mais faisait pile poil le laize de mon tissu vert de largeur !

Pour le molletonnage, j’ai épinglé les 3 épaisseurs ensemble en essayant d’aligner le mieux possible le tout. Comme je n’avais pas de fil pour molletonner, j’ai tout roulé et rangé dans une caisse (pendant 3 ans). Au  moment de reprendre l’en-cours, des épingles étaient tombées. Je les ai remises à leur place mais au moment de quilter, beaucoup sont tombées pendant que je piquais. Du coup les épaisseurs ont pas mal bougé et il y a pas mal d’endroits qui pêchent un peu. Si je devais le refaire, je mettrais des épingles à nourrices qui ne se feraient pas la malle. Sur un groupe facebook de couture où j’ai montré le résultat terminé, on m’a conseillé de commencer au centre (du coup, les petites boursoufflures sont aplanies vers les bords). On m’a aussi conseillé de quilter moins serré (ça rend les défauts moins visibles, ça aère le motif et ça le rend plus lisible).

À la fin, j’ai repris mon livre de Elizabeth Hartmann (dont je vous ai parlé dans ce post) pour me souvenir comment placer le biais. La méthode du livre préconise de le coudre à la main, mais vous me connaissez, je suis souvent un peu pressée et j’ai tout assemblé à la machine. J’ai commencé par assembler le biais au côté avec les hérissons. Ensuite, j’ai replié au dessus du bord et ai piqué de l’autre côté en essayant de suivre au mieux la première couture.

Mon avis

J’ai adoré découvrir comment les petites pièces de tissu s’assemblent pour former les hérissons. Le patron coûte 10$. J’avais un peu hésité face au prix mais comme je n’avais pas la moindre idée de la façon dont les blocs se construisent, j’ai investi dans ce patron !

Je trouve juste dommage que le patron n’explique pas comment quilter et faire le tour (il dit juste « Sandwich, quilt, and bind as desired »). Heureusement que j’avais le livre de la même créatrice qui m’a aidé pour réaliser le tour. Pour le quilting, j’ai regardé les photos pour avoir une idée et je me suis un peu entraînée sur des chutes avant d’attaquer « pour du vrai ».

Même si je trouve les patrons un peu chers, j’adore l’univers coloré et moderne de la créatrice (qui casse l’image un peu vieillotte des patchworks).

En gros, c’est un chouette projet à réaliser, mais il vaut peut-être mieux ne pas commencer par cette couverture si c’est votre première couverture quiltée.

En bref

Modèle Hazel Hedgehog – Elizabeth Hartman

Fournitures : popeline et tissus fantaisie (tissus.net a supprimé les infos des commandes d’avant le 1/1/2017. Je ne sais donc plus vous dire quelles références exactes j’ai utilisé, mais les unis étaient du classic cotton), ouate, biais

Publicités

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s